Google Reviews 4.9 | +500 avis

Google Reviews 4.9
+500 avis

icon calendar

Le système scolaire en Espagne

Si vous envisagez de vous installer en Espagne avec vos enfants, il est essentiel que vous vous familiarisiez avec son système scolaire. Il a certes, de nombreuses similitudes avec le système éducatif français, mais également plusieurs différences. Description, comparaison et analyse.

Infographie sur le système scolaire espagnol

Sommaire

Présentation générale du système scolaire espagnol

Fonctionnement et budget

En Espagne, le système éducatif est soumis à la réglementation du ministère de l’Éducation et de la Formation professionnelle. Pourtant, ce sont les gouvernements régionaux des 17 communautés autonomes qui encadrent les établissements scolaires sur leur territoire. L’éducation est obligatoire et gratuite de 6 à 16 ans. Pour rappel, en France, depuis 2021, elle est obligatoire à partir de trois ans. Elle s’articule à peu près de la même manière de l’autre côté des Pyrénées, c’est-à-dire qu’il y a quatre niveaux de scolarité. Nous y reviendrons en détail.
En 2023, le ministère de l’Éducation espagnol est doté d’un budget de 64 milliards d’euros, soit 6, 15 % de plus qu’en 2022. Cette augmentation a longtemps été attendue par le personnel enseignant et les parents d’élèves. En comparaison, en France, 59 milliards d’euros sont consacrés à l’Éducation nationale en 2023 : “Ce sont 3, 7 milliards d’euros supplémentaires, soit une croissance de 6,5 % par rapport à 2022” évoquait Pap Ndiaye l’ancien ministre de l’Éducation nationale en novembre 2022.

Plusieurs types d’établissements

Comme en France, il existe 3 types d’établissements scolaires :

  1. Les écoles publiques et gratuites (colegios públicos). Elles sont dirigées par l’État et les administrations locales. Elles garantissent l’accès à l’éducation à tous les enfants.
  2. Les écoles “semi-privées” (colegios concertados). Elles sont financées autant par l’État que par les frais de scolarité payés par les parents (la cuota mensual). Elles correspondent à nos établissements privés “sous-contrat”.
  3. Les écoles privées (colegios privados). Elles sont financées exclusivement par les frais de scolarité.

Selon le ministère de l’Éducation, pour l’année scolaire 2022-2023, les élèves étaient répartis comme suit :

  • 66, 9 % d’entre eux ont suivi leur scolarité en public.
  • 24, 6 % en concertados.
  • Et 8, 5 % des élèves étaient scolarisés en écoles privées.

Les élèves étrangers dans le système espagnol

En Espagne, on compte, en 2023, plus de 8 millions d’élèves dont 11, 4 % sont de nationalité étrangère. Retenons que :

  • C’est dans les Baléares que les élèves étrangers sont, proportionnellement, les plus nombreux. Ils représentent 17, 6 % de la population scolaire.
  • C’est en Estrémadure qu’ils représentent la plus petite proportion des élèves, soit 3, 8 %.
  • En 2023, le ministère a recensé 17 615 élèves de nationalité française.

% d'élèves étrangers - Article scolarité

Pourcentage d’élèves étrangers par communauté autonome, année scolaire 2022-2023.
Source : ministère de l’Éducation

Si vous souhaitez devenir propriétaire en Andalousie, acheter un bien à Madrid ou ailleurs en Espagne, contactez-nous. Nous sommes le premier réseau immobilier francophone sur place.

Histoire du système scolaire espagnol

Origines et évolution de l’éducation en Espagne

Les bases du système éducatif espagnol moderne ont été jetées au XIXe siècle avec la généralisation de l’éducation primaire. La mainmise de l’église sur l’école puis sa manipulation par Francisco Franco pendant la Dictature (1936 – 1977) ont conduit l’école espagnole à prendre du retard sur les autres pays européens.

En France, elle est devenue obligatoire (l’école primaire uniquement) et gratuite grâce à Jules Ferry, en 1881. Puis, obligatoire jusqu’à 16 ans en 1959. En Espagne, le droit à l’éducation 100 % gratuite pour tous les enfants a été octroyé en 1970. Avant cette date, c’est la ley Moyano de 1857 qui régulait l’éducation. Elle était alors obligatoire pour les enfants de 6 à 9 ans et gratuite “pour ceux qui ne pouvaient pas la payer”.
Revenons ensemble sur les différentes réformes du système éducatif espagnol.

Influence des réformes éducatives sur le système actuel

Au total, l’Espagne a connu 8 grandes réformes du système éducatif depuis les années 1980.

  1. En 1980, le pays a adopté sa première loi éducative démocratique, la LOECE. Vous pouvez lire son texte sur ce lien. Son objectif était de réglementer le système éducatif espagnol et d’améliorer la qualité de l’enseignement. Elle a mis l’accent sur l’éducation de base et la primaire et sur l’enseignement des valeurs civiques. Elle a contribué à structurer le système éducatif espagnol.
  2. En 1985, la LODE est entrée en vigueur. Elle cherchait à moderniser le système éducatif espagnol, en s’établissant sur les principes de liberté, de tolérance et de pluralisme. Elle a favorisé une coexistence équilibrée entre les écoles publiques et privées, en garantissant le respect des normes éducatives par ces dernières tout en préservant leur liberté pédagogique. Le texte de loi est disponible ici.
  3. En 1990, la LOGSE a été promulguée, établissant les cycles éducatifs actuels et réduisant les effectifs par classe. C’est cette loi qui a rendu la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans. La loi a intégré des mesures pour promouvoir l’inclusion des élèves handicapés et des élèves ayant des besoins spécifiques. Vous pouvez lire le texte de la loi en cliquant sur ce lien.
  4. En 1995, la LOPEG a accordé plus d’autonomie aux écoles et incité la participation des minorités sociales. Pour découvrir ce que dit précisément la loi, cliquez ici.
  5. En 2002, la LOCE a introduit des parcours éducatifs différents et des examens de fin de cycle. Son texte est disponible sur cette page du site Internet du Bulletin Officiel.
  6. En 2006, la LOE a notamment prolongé l’éducation obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans, couvrant l’éducation secondaire obligatoire. Découvrez son texte dans ce document PDF.
  7. En 2013, la LOMCE, surnommée “loi Wert” (du nom du ministre de l’Éducation à l’époque, José Ignacio Wert), est entrée en vigueur. Son texte intégral est disponible ici. Elle a été très critiquée par l’opinion publique. L’un des points les plus contestés de la loi était l’introduction d’examens nationaux jugés trop sélectifs pour les élèves de primaire, de collège et de lycée.
  8. En 2020, la LOMLOE, également connue sous le nom de “loi Celaá” (du nom de la ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Isabel Celaá), a été adoptée. La LOMLOE introduit plusieurs changements dans le système éducatif espagnol, notamment une réduction de l’importance des examens nationaux, le renforcement de l’éducation inclusive pour les élèves ayant des besoins spéciaux, et un soutien accru pour les langues régionales dans l’enseignement. Vous pouvez en retrouver le texte de loi sur ce lien.

Pour lancer votre projet immobilier en Espagne, réservez un rendez-vous en ligne avec notre équipe spécialisée.

Structure et programmes du système scolaire espagnol

Structure de la scolarité en Espagne

Comme en France, l’éducation est divisée en quatre niveaux en fonction de l’âge.

  • Jusqu’à six ans : l’éducation maternelle (educación infantil) qui n’est pas obligatoire.
  • De 6 à 12 ans : l’éducation primaire (primaria) obligatoire et gratuite. Les élèves restent un an de plus en primaire qu’en France. Ils entrent au collège au niveau de la cinquième.
  • De 12 à 16 ans : le collège (l’ESO, Educación Secundaria Obligatoria) est obligatoire. À la fin de cette période, les élèves sont évalués grâce au contrôle continu et obtiennent, en cas de succès, le titre de Graduado. Ils ne passent pas d’examen comme le Brevet des collèges.
  • De 16 à 18 ans : le lycée (bachillerato) qui est volontaire. À l’issue du lycée, pour poursuivre des études supérieures, les élèves doivent passer un examen appelé la Selectividad ou l’EBAU (Evaluación del Bachillerato para el Acceso a la Universidad) et qui est l’équivalent du baccalauréat. La note finale dépend à 40 % de l’examen et à 60 % du contrôle continu. Les résultats de la Selectividad sont utilisés par les universités espagnoles comme critère principal pour l’admission des étudiants. En termes de niveaux, en Espagne comme en France, 90 % des élèves qui se présentent à l’examen de la Selectividad ou du Baccalauréat réussissent.

Le tableau comparatif ci-dessous vous aidera à visualiser les différences entre les deux systèmes éducatifs.

Différences entre système scolaire français et espagnol

Les programmes scolaires

Histoire, géographie, sciences, langues, mathématiques, sport, etc. Les programmes s’articulent plus ou moins de la même façon qu’en France. Voici ce qu’il faut savoir des objectifs par niveaux d’éducation :

  • Éducation préscolaire : les programmes de crèche et de maternelle sont pensés pour contribuer au développement physique, sensoriel, intellectuel, affectif et social de l’enfant. Ils mettent l’accent sur le jeu éducatif, les capacités motrices et les compétences linguistiques. L’éducation préscolaire n’est pas obligatoire, nous l’avons dit, mais elle est de plus en plus fréquentée. Le dernier rapport du ministère de l’Éducation nous apprend que la scolarisation en crèche et maternelle connaît une augmentation très significative, avec 30 001 élèves supplémentaires (+ 6,8%) pour l’année scolaire 2022-2023.
  • Éducation primaire : divisée en trois cycles, elle dure six ans. Son programme met l’accent, comme en France, sur l’acquisition des compétences fondamentales telles que la lecture, l’écriture, les mathématiques et les sciences.
  • Éducation secondaire obligatoire : cette étape se déroule sur quatre ans. Les élèves commencent à approfondir leurs connaissances dans des domaines spécifiques (sciences naturelles, géographie, histoire, technologie, langues étrangères, etc.). Ils peuvent déjà choisir des matières spécialisées en fonction de leurs intérêts et de leurs aspirations futures.
  • Le bachillerato : ces deux années d’études et la Selectividad sont aussi importantes en Espagne que le lycée et le baccalauréat le sont en France. Depuis l’introduction de la LOMLOE, les filières du baccalauréat sont les suivantes : sciences et technologies, humanités et sciences sociales, arts. La filière artistique est organisée en deux voies différentes : arts plastiques, image et design, ou musique et arts scéniques. 
  • Le bachibac, une spécificité franco-espagnole : depuis un accord de 2008, 120 établissements espagnols proposent un double cursus franco-espagnol au lycée. Cela permet aux élèves d’obtenir un double diplôme et de pouvoir accéder aux universités des deux pays. Il est considéré comme un cursus d’excellence.

Vous souhaitez vous installer en Espagne ? Pour tout savoir sur l’achat immobilier en Espagne, contactez-nous.

À savoir :
L’Espagne est, constitutionnellement, laïque depuis 1978, mais une loi de 2015 autorise les élèves à choisir la Religion catholique comme une matière de leur cursus, sur un pied d’égalité avec les lettres ou les sciences par exemple.

Lycée en Espagne

Comparaison avec la France : les différences principales entre les deux systèmes scolaires

Nous l’avons dit :

  • L’éducation nationale s’est développée plus tôt en France qu’en Espagne.
  • La religion est encore très présente dans les cursus scolaires des enfants espagnols.
  • L’éducation est également décentralisée en Espagne puisque ce sont les communautés autonomes qui en sont responsables.

Mais, il existe d’autres différences entre les systèmes scolaires français et espagnol.

Rythme scolaire

Comme en France, l’année scolaire se déroule de septembre à juin. Les élèves vont à l’école tous les jours, du lundi au vendredi et il existe de nombreuses activités extrascolaires. Cependant :

  • De nombreuses écoles ont opté pour la journée continue. Elle se déroule alors de 09 h 00 à 14 h 00. Cela permet aux élèves d’avoir plus de temps libre.
  • À cause de la chaleur, les journées scolaires des mois de juin et de septembre sont réduites : dans la plupart des communautés autonomes et des établissements, les enfants vont à l’école de 9 h 00 à 13 h 00 s’ils ne mangent pas à la cantine, jusqu’à 15 h 00 s’ils mangent à la cantine. Le reste du temps, les cours se tiennent de 9 h 00 à 16 h 00 dans la majorité des établissements.
  • Une différence importante concerne les vacances scolaires : les enfants scolarisés en Espagne ont très peu de vacances durant l’année. Ce sont les jours fériés qui leur permettent de souffler. Les vacances de fin d’année (Navidad) et celles de Pâques (Semana Santa) correspondent à peu près aux dates de vacances en France, mais les vacances de la Toussaint et la pause de février n’existent pas.

Le matériel scolaire et l’uniforme

En France, les manuels scolaires sont gratuits jusqu’à 16 ans, mais ce n’est pas le cas en Espagne. Les parents doivent acheter les livres. En cas de difficulté, ils peuvent solliciter des aides (à l’achat ou pour avoir accès à des prêts de manuels) dans chaque communauté autonome. Découvrez toutes les aides disponibles sur cette page du site du ministère de l’Éducation.

En Espagne, nombreux sont les établissements qui imposent l’uniforme. Il est beaucoup plus répandu de l’autre côté des Pyrénées qu’en France. Il est favorisé par les concertados et les écoles privées, mais certains publics l’exigent aussi.
L’objectif ? Créer une communauté éducative, générer un sentiment d’appartenance. Certains parents diront également que l’uniforme scolaire représente “un gain de temps incroyable le matin !”. Il n’existe pas de loi nationale sur le sujet et chaque établissement scolaire prend cette décision de manière autonome.

Les langues régionales dans la scolarité espagnole

En Espagne, les langues régionales sont considérées comme des éléments forts de la culture et de l’identité. Depuis l’entrée en vigueur de la Charte européenne pour les langues régionales en 2001, elles sont désignées comme des langues officielles dans les régions concernées.
Le pays a une approche institutionnelle de l’enseignement des langues régionales.
Les programmes scolaires doivent ainsi garantir aux élèves l’apprentissage du castillan et de la langue régionale officielle à équivalence. C’est le cas en Catalogne, par exemple, où le catalan est enseigné de manière officielle. Il en va de même avec le valencien dans la Communauté valencienne ou l’euskara au Pays-Basque.
En France, cet enseignement est souvent optionnel et fonction d’initiatives locales.

Pour plus d’informations, dirigez-vous sur cette page du ministère de l’Éducation.

Pour acheter un bien immobilier en Catalogne ou ailleurs en Espagne, contactez nos équipes spécialisées. Elles sont là pour vous guider de A à Z.

Histoire du système scolaire

Les lycées français en Espagne

Le réseau des lycées français d’Espagne est le plus important d’Europe. 23 établissements français sont répartis sur l’ensemble du territoire. Le programme scolaire dispensé dans ces écoles est reconnu par le ministère de l’Éducation espagnol et par l’Éducation nationale en France.
Vous pouvez retrouver la liste des établissements français d’Espagne dans notre dossier : “Lycées français d’Espagne : le guide complet”.

Quels avantages y a-t-il à inscrire vos enfants dans le système français ?

Les bénéfices sont nombreux, notamment si vous ne pensez pas rester toute votre vie en Espagne. Retenons :

  • Le programme des lycées français garantit la continuité de l’enseignement que les élèves ont connu jusque-là.
  • L’intégration de vos enfants sera plus facile s’ils ne parlent pas espagnol à leur arrivée en Espagne.
  • Si vous décidez de rentrer en France, vos enfants auront le même bagage que leurs camarades, voire un niveau supérieur, car le lycée français reste, aujourd’hui encore, une très bonne école. Tous les établissements affichent près de 100% de réussite au baccalauréat chaque année.
  • Trois lycées français proposent un cursus bachibac à leurs élèves. Ce double baccalauréat espagnol-français est disponible à Gava (dans la province de Barcelone), à Tenerife et à Las Palmas de Gran Canaria.

Quels inconvénients peut-il y avoir à inscrire ses enfants dans un lycée français quand on s’expatrie en Espagne ?

  • Le coût. Comptez en moyenne 500 €/ mois pour scolariser votre enfant. Le montant définitif dépendra des options choisies ensuite : cantine, activités extrascolaires et bus scolaire, le cas échéant.
  • L’autre inconvénient, c’est de prendre le risque de freiner l’intégration de vos enfants en Espagne.

Les défis du système scolaire espagnol

Problèmes et enjeux actuels de l’éducation en Espagne

Sur le modèle de ce qui se produit en France, en Espagne, le surpeuplement des classes, le manque de ressources, le manque de personnel de soutien, le manque de formation et de valorisation salariale des enseignants sont régulièrement critiqués par les professionnels du secteur, les parents et la presse espagnole.

Comme en France, il devient nécessaire de moderniser l’enseignement et d’adapter les programmes et les méthodes pour répondre à l’évolution de la société.
Notez aussi qu’en Espagne, il existe de grandes disparités régionales. C’est-à-dire que l’avancement éducatif est très inégal dans le pays.

Au sein de l’Union européenne, 40 % de la population obtient un diplôme d’enseignement supérieur, mais, la qualité de l’éducation varie considérablement d’un pays à l’autre, suscitant des inquiétudes quant aux processus d’homologation. Le rapport Education and Training Monitor 2022 de la Commission européenne met en lumière plusieurs défis clés que l’Espagne doit relever pour améliorer son système éducatif. Pour résumer les grandes lignes de ce rapport :

  • Trop peu d’enfants sont scolarisés avant 6 ans (93 %). L’objectif est de 96 % pour 2030.
  • À 15 ans, les élèves sont peu performants dans le domaine du numérique. Ils sont entre 22 à 23 % à ne pas les maîtriser (en fonction des matières). L’objectif fixé pour 2023 est de réduire cette part d’élèves à 15 %.

Témoignages

Pour tenter de faire la lumière sur le système scolaire espagnol, nous avons interviewé trois personnes vivant en Espagne : deux d’entre elles sont Françaises et vivent respectivement aux Canaries et Madrid. La troisième est Espagnole.

Témoignage d’une Française expatriée en Espagne

Aude Chevallier est notre spécialiste en immobilier basée aux Canaries. Elle vit en Espagne avec ses deux enfants. Ils ont d’abord été scolarisés dans le système français puis ont rejoint le système espagnol.

  • J’achète en Espagne : Quelles différences majeures existent entre l’éducation nationale française et l’éducation espagnole ?
    Aude Chevallier : L’apprentissage de la langue française et de toutes ses complexités peut ralentir la progression des élèves dans le système français. Dans les écoles espagnoles, les élèves ont plus de temps, car la langue est plus facile à apprendre. Ils font plus d’exposés et de travaux de groupe, il me semble. Dans l’école de mes enfants, ils mélangent les matières. Ils peuvent, par exemple, faire un exercice qui leur permet de travailler les mathématiques et l’anglais simultanément.
    Par ailleurs, en France, les mêmes sujets sont traités classe après classe pour être approfondis. Le système espagnol a, quant à lui, tendance à passer d’un sujet à l’autre, sans revenir sur le précédent.
    J’ai découvert une autre grosse différence : les élèves peuvent être “suspendidos”. Cela veut dire qu’ils ont une deuxième chance de valider une connaissance. Au début, je pensais que cela ne les responsabilisait pas. Au final, cela les oblige à étudier sérieusement, sous peine de repasser des contrôles pendant que leurs camarades jouent dans la cour. Ce système est généralisé à l’ensemble de la scolarité : s’ils n’ont pas le niveau dans une matière en fin d’année scolaire, ils doivent repasser un contrôle dans cette matière. En cas de nouvel échec, ils redoublent.
    À savoir aussi : le système espagnol favorise le par cœur dans les petites classes et l’histoire n’est pas enseignée de la même manière qu’en France. Il semblerait que les enfants n’étudient pas du tout l’histoire contemporaine. Je crois qu’il y a un tabou par rapport à la Dictature de Franco.
  • Existe-t-il une différence de niveau entre le système français et le système espagnol ?
    Je dirais que oui. En Espagne, l’objectif, c’est que tous les enfants aient les mêmes bases. Ils apprennent donc les leçons par cœur, même s’ils ne comprennent pas tout. Ce n’est pas forcément une bonne idée. Il existe aussi une différence de niveau entre le public et les « concertados ». J’ai choisi de mettre mes enfants dans un « concertado ». Ces établissements sont plus exigeants.
  • Penses-tu que tes enfants seront ensuite adaptés au système français s’ils doivent le réintégrer ?
    J’ai prévu de les inscrire en bachibac plus tard. Avec le CNED. Sans cela, je pense que l’adaptation serait difficile, notamment parce que le système scolaire espagnol ne valorise pas l’analyse et la réflexion comme en France (le fameux “introduction, développement, conclusion”).
  • Étudient-ils les mêmes matières qu’en France ?
    Mis à part la question de l’enseignement de l’histoire, ils apprennent à peu près la même chose. L’enseignement est, en revanche, centré sur l’Espagne et pas sur la France. C’est logique.
  • Les journées sont-elles plus légères dans le système espagnol ?
    Dans le public oui, ils finissent à 14h tous les jours, je crois. En tout cas, aux Canaries. Dans le « concertado », ils ont le même nombre d’heures qu’en France. Dans les deux cas, les élèves ont très peu de vacances. Mais, les vacances d’été sont, en général, plus longues (à cause de la chaleur).

Si vous voulez qu’Aude vous accompagne pour investir aux Canaries, prenez rendez-vous avec elle en visioconférence. Ce rendez-vous préliminaire est gratuit et sans engagement.

Poursuivons nos entretiens avec nos intervenantes espagnoles.

Témoignage d’une Espagnole

Idoia, une jeune femme espagnole, a également accepté de nous donner son point de vue sur le système scolaire de son pays. Voici ce qu’il faut retenir de notre entretien avec elle :

J’achète en Espagne : Quelles sont les forces de la scolarité en Espagne ?
Idoia : Le système éducatif en Espagne est démocratique et ne laisse personne de côté. C’est son premier point fort. Il garantit l’attention à la diversité, la gratuité de la scolarité, l’accès à des enseignants qualifiés, la formation continue pour les enseignants, des bourses d’études, un taux élevé de scolarisation, la parité entre le nombre d’élèves masculins et féminins, l’autonomie des établissements, etc. L’école espagnole a beaucoup d’atouts, même si elle a une marge de progression.

  • Quelles sont ses faiblesses ?
    Sous-financement, structure et modèle éducatif datant du XIXe siècle, classes surchargées, manque d’enseignants, taux d’abandon scolaire élevé, nombre excessif d’élèves avec des lacunes, réformes législatives incohérentes, etc. Voilà mon point de vue. Autrement dit, le système éducatif espagnol peut encore s’améliorer.

 

  • Comment fonctionnent les examens jusqu’à la fin du bachillerato ?
    Jusqu’à la Selectividad (l’examen d’entrée à l’université en Espagne), il y a des évaluations régulières dans chaque matière tout au long de la scolarité, ainsi qu’à chaque fin de cycle. Ce sont des épreuves écrites, des épreuves de compréhension orale et écrite, des épreuves d’expression orale et écrite. Leur objectif est de vérifier que les élèves ont acquis les compétences et les connaissances nécessaires.

 

  • Quelles sont, selon toi, les différences principales entre les écoles publiques et privées ?
    Les écoles publiques sont ouvertes à tous, interculturelles et démocratiques, tandis que les écoles privées sélectionnent les élèves en fonction de leur capacité financière et/ou de leurs convictions religieuses.
    Les écoles publiques ont une autonomie plus limitée que les écoles privées. Elles proposent une éducation gratuite, de qualité, égalitaire et diversifiée. Les écoles privées, elles, peuvent avoir des valeurs non constitutionnelles, manquer de diversité et proposer des postes à des enseignants non formés. À mon sens, les écoles publiques garantissent un meilleur apprentissage.

Merci pour ces éclairages Idoia.

Découvrons maintenant le témoignage de Maria, une jeune maman française, aujourd’hui installée dans la capitale espagnole.

Crayons pour l'école en Espagne

Témoignage d’une jeune maman française

  • Quelles sont les forces du système scolaire espagnol ?
    Le système scolaire espagnol, en tout cas dans la région de Madrid, a une grande force : il propose une offre très ample. Depuis de petites écoles de quartiers très familiales à de grandes écoles privées très “selects”. Il y en a pour tous les goûts (et tous les prix !)
    Ensuite, je dirais qu’en général, les professeurs sont assez impliqués. Il faut aussi savoir que l’enseignement de l’anglais est vraiment très présent dans la région de Madrid, avec l’implantation du système bilingue dans la majorité des écoles publiques et sous contrat, ainsi que les nouvelles technologies. Les écoles ici sont bilingues depuis la maternelle ! Mon aînée de six ans, quant à elle, a commencé à apprendre les bases de la programmation informatique, ce que je trouve fantastique.

  • Quelles sont ses faiblesses ?
    Personnellement, je trouve que le manque de moyens se ressent parfois dans les écoles publiques. Mes enfants sont chanceux, notre école publique est dotée de 30 tablettes, d’ordinateurs et de plusieurs robots, mais ce n’est pas le cas de toutes les écoles.
  • Les journées sont-elles plus légères dans le système espagnol ?
    Je dirais qu’elles sont plus adaptées au rythme des enfants. Dans notre cas, mes deux filles vont à l’école jusqu’à 14 h 00, ce qui leur permet de se reposer l’après-midi et d’avoir d’autres activités. Je vois une grande différence par rapport au rythme que j’avais lorsque je vivais en France en étant enfant ! J’allais à l’école de 08 h 00 à 18 h 00. En France, la durée de la semaine scolaire des élèves est fixée à vingt-quatre heures. En Espagne, à vingt-cinq, ce qui revient quasiment au même ! Elles sont juste réparties différemment.
  • Vois-tu une différence de niveau entre les deux systèmes ?
    Par rapport au niveau, j’ai l’impression qu’il est similaire (en tout cas le niveau scolaire de Madrid par rapport au niveau dans le Pas-de-Calais, d’où je viens). Je pense qu’il dépend beaucoup de l’appui que les enfants reçoivent à la maison, et donc du niveau socioculturel des autres enfants de l’école, mais j’imagine que cela est aussi le cas en France.
  • Privé ou public ?
    Mes filles ont commencé dans une école sous contrat (un concertado) et lorsque nous avons déménagé, l’école publique dans notre nouvelle ville m’a réellement plu. Du concertado, je retiens qu’en général, les enfants sont d’un niveau légèrement supérieur, mais je préfère la proximité du public. À mon sens, le port de l’uniforme dans les écoles privées ou semi-privées peut bloquer certains enfants. Je dois ajouter que 100 % des écoles privées à Madrid sont élitistes et je ne me sentais pas à l’aise avec cela.
  • Quel est ton bilan général ?
    Pour ma part, je suis très heureuse que mes filles soient dans le système public espagnol. Je pense aussi que de nombreux parents français seraient étonnés des avancées et de la liberté du système espagnol !

Maintenant que vous avez lu ces trois points de vue, vous êtes en mesure de vous forger une opinion éclairée.

Si vous désirez investir dans l’immobilier à Madrid, prenez rendez-vous en ligne avec nos équipes sur place.

Processus d’inscription et démarches administratives pour inscrire ses enfants à l’école publique

Démarches administratives

Pour inscrire vos enfants dans le système scolaire espagnol, il est impératif qu’ils disposent d’un NIE (le Numéro d’Identification des Étrangers) et qu’ils soient recensés au padrón municipal. Pour savoir comment obtenir le NIE, consultez notre fiche pratique : “Comment faire le NIE ?

Le processus d’inscription

L’attribution des places dans les écoles publiques et dans les concertados espagnols n’est pas uniquement sectorisée comme en France.

Chaque année, au mois d’avril, les familles doivent sélectionner cinq établissements et les classer par ordre de préférence en remplissant un formulaire spécifique (en ligne ou version papier). Elles ont 15 jours pour le faire.
L’attribution des places se fait selon un système de points, établi sur différents critères comme :

  • Le lieu de résidence ou de travail.
  • La présence d’un frère ou d’une sœur déjà inscrit dans l’établissement.
  • Les revenus.

Le nombre de points détermine la probabilité d’obtenir une place dans l’établissement choisi.

À savoir : en cas d’impossibilité de remplir ce formulaire dans le délai imparti, il faut se rendre en mairie et prendre rendez-vous avec le SAE (Servicio de Apoyo a la Escolarizacion) de votre ville.

Nos conseils pour choisir une école :

  • Visitez plusieurs établissements avant de vous décider.
  • Étudiez les objectifs éducatifs de chaque établissement que vous convoitez.
  • Vérifiez l’utilisation de la technologie en classe.
  • Demandez des avis à d’autres parents expatriés, par exemple, sur les groupes Facebook ou sur des sites Internet créés par les expatriés français en Espagne comme Mômadrid.

Si vous êtes prêt à lancer votre projet immobilier en Espagne, contactez-nous.

FAQ

Comment fonctionne le lycée en Espagne ?

En Espagne, le lycée, appelé bachillerato, s’effectue en deux ans. Le cycle se termine par l’examen de la Selectividad, l’équivalent de notre baccalauréat.

Quels sont les jours d’école en Espagne ?

En Espagne, les élèves vont à l’école du lundi au vendredi, de septembre à juin.

Est-ce-que les Espagnols passent le brevet ?

Non. À la fin du collège en Espagne, les élèves obtiennent le titre de Graduado, sans avoir à passer un examen tel que le brevet. Ils sont notés sur la base du contrôle continu. 

Comment se passe le bac en Espagne ?

En Espagne, le baccalauréat s’appelle la Selectividad. C’est un examen qui a lieu en fin de bachillerato (l’équivalent du lycée). Il donne accès à l’université.

En Espagne, 90 % des élèves réussissent l’examen. 

Vous avez un projet d’achat immobilier en Espagne ?

Faites-vous rappeler par un de nos experts sur place.

Vous avez un projet en Espagne ?

Cet article vous a plu ?

Évaluons ensemble la faisabilité
de votre projet immobilier

Vous avez une question ?

Nous vous rappelons sous 2 heures ouvrables

Êtes-vous encore là ?

Vous manquez de temps, prenez rendez-vous 

avec un de nos conseillers et nous répondrons à vos questions.